CHEF DE MANŒUVRE EN LEVAGE

geste

Les appareils et engins de levage de charges ou de personnes représentent des risques majeurs pour la sécurité des travailleurs et des usagers sur les chantiers du BTP.

Plusieurs types de matériel (grues à tour; nacelles d’élévation; plates-formes élévatrices ; …) engendrent des risques corporels et matériels ayant souvent pour origine de simples négligences qu’une bonne formation du conducteur, le respect de la réglementation et de quelques règles peuvent éviter.

Même si leur nombre diminue, grâce à une sévère réglementation et à la mise en œuvre de procédures de contrôle, les appareils de levage restent à l’origine d’un grand nombre d’accidents dans le secteur du BTP, avec des sinistres faisant gesteplusieurs victimes.

Par exemple, la chute d’une grue sur un chantier de construction peut s’avérer lourde de conséquences pour l’entreprise qui en avait la garde, non seulement pour les coûts des dommages matériels et corporels et ceux occasionnés par l’arrêt du chantier, mais aussi du fait des sanctions pénales encourues par l’entrepreneur pour mise en danger d’autrui, blessures ou homicides involontaires.

Programme : ⇒ PROGRAMME Chef de Manœuvre 7h 

    • La préparation du chantier de levage
      L’élingueur, le pontier, le grutier et le chef de manœuvre sont amenés à travailler en étroite collaboration pour assurer la sécurité de la manœuvre de levage (toutefois, pour des opérations simples, les différentes tâches sont exercées au sol par un même travailleur). La bonne communication entre l’élingueur et le conducteur de l’appareil de levage est fondamentale : les signaux sonores pour communiquer avec l’élingueur et les gestes visuels de commandement, qui permettent au pontier ou au grutier ou au chef de manœuvre de communiquer et de se comprendre lorsque la distance et/ou le niveau sonore ambiant n’autorisent plus les transmissions d’ordres à la voix, doivent être connus parfaitement. Le pontier ou le grutier doit pouvoir s’assurer que la manœuvre va se passer dans de bonnes conditions, et faire rectifier l’accrochage de la charge ou autres conditions du levage (tirage en oblique, obstacles, …). Un chef de manœuvre est nécessaire quand le conducteur de l’engin de levage ne peut voir en entier la charge ou le lieu de pose de celle-ci.
      Le choix des élingues dépend de l’évaluation de la masse de la charge et d’un large coefficient de sécurité : la capacité de levage d’une élingue décroît avec l’angle d’inclinaison et l’angle des brins ne doit pas dépasser 60° et 45° en cas d’utilisation d’anneaux pour éviter leur arrachement (30° ou moins est un bon angle d’inclinaison). Cela peut induire une grande hauteur de levage, et pour les charges longues, il convient d’utiliser un palonnier qui permet de diminuer la hauteur totale du système d‘élingage.
    Le choix de l’élingue dépend aussi de l’environnement de travail : une forte température du milieu d’utilisation, une ambiance chimique acide ou basique ou la présence d’hydrocarbures exclut les sangles de certaines élingues en textile synthétique ou naturel, et il faut utiliser des chaînes spéciales pour les pièces chaudes. La détermination de la position du centre de gravité de la charge est indispensable pour disposer les points d’accrochage des élingues au-dessus et jamais en dessous, et mettre le crochet à la verticale de celui-ci afin d’éviter tout renversement ou basculement (par mise en oblique) et les brins morts qui augmentent la charge sur les autres. Pour le levage de charges asymétriques, de formes irrégulières, une analyse plus approfondie du centre de gravité est nécessaire pour assurer l’horizontalité de la charge lors de levage.